« Lew Platt, ancien patron de Hewlett Packard | Accueil | Les Mardis de l'innovation au CNAM, prochaine séance: Innovations radicales et extraordinaires »

La gravité selon Microsoft

On m'a suggéré (merci Franck), et parce que ça fait pas mal de temps que je ne me suis pas fait agresser sur mon blog, de tenter d'explorer une théorie que l'on pourrait appeler théorie de la gravité Microsoft (TGM) dans le domaine high-tech.

L'idée vient d'une réflexion suite au pétage de plombs de Steve Ballmer lorsque l'un de ses employés est venu lui annoncer sa démission et son passage chez Google. Franck m'a rappellé une BD Peanuts dans laquelle Snoopy lançait un ballon vers le ciel et, ne le revoyant pas revenir, allait voir Charlie Brown pour lui expliquer le problème. Charlie Brown lui répondait qu'il ne fallait pas qu'il s'inquiète, car tout ce qui est envoyé en l'air finit
toujours par retomber. Alors Snoopy repartait, confiant, et retrouvait effectivement son ballon sur le sol un peu plus loin.
Bill Gates ne ressemble-t-il pas à Charlie Brown? Ce qui nous amène à notre théorie de la gravité. Enonçons-là ainsi: "Dès lors qu'une chose à une masse significative, il coûte plus cher de la faire tenir en l'air que
de la laisser tomber"
. C'est pour cela que les startups nécessitent des quantités considérables d'argent pour tenir en l'air. Et plus elles veulent dominer le monde, plus elle acquièrent de masse, et plus elles doivent lutter contre la gravité.

Quand le Google challenger (et tant d'autres...) gagne en masse, il a donc intérêt à s'assurer qu'il possède l'énergie nécessaire pour sa satellisation. Si on considère que dans le monde de l'informatique, la masse est fonction du nombre d'ennemis qu'on se fait (l'arrogance est un des paramètres) et que l'énergie est le cash, ils ont bien raison d'avoir fait le plein cet été.

Quand à Bill, il a bien compris cela depuis longtemps et il reste sur terre! Sa masse croît continuellement mais sa position au sol fait que cela ne le gêne pas. Et, cerise sur la gâteau, cette même position fait qu'il récupère les
pièces détachées de tous les crashs. Plus l'objet était chargé, plus il y a de pièces à récupérer ! Gratoche !

Que Steve Ballmer pête les plombs face à Google, soit... mais Bill, lui, doit en définitive bien se marrer. De toutes façons, il a actuellement assez de féraille à glâner (Palm, dernier en date); plus serait trop (Mac, OpenOffice, ...) C'est aussi pour cela qu'il a investi 150 millions de dollars dans Apple en 1997; pour contrer les lois de la gravité... Si tout tombe en même temps, les mauvaises langues n'hésiteraient pas à l'accuser.

Pour mémoire, se trouvent actuellement en l'air:
    - Google : les administratifs et les ex-consultants sont recrutés par wagons, la cote d'amour baisse, la masse croît à une vitesse vertigineuse, aidée en cela par l'arrogance.
    - Sun : Java est délaissé par la communauté techie au profit de Python, et de toute façon Scott aime Bill désormais. Scott va faire des serveurs x86 comme Michael, mais avec un OS propriétaire ouvert, à condition que ce ne soit pas Linux, allez y comprendre quelque chose.
    - Oracle : le prochain OS de Bill rendra inutile l'acquisition d'un SGBD à part.
    - Nintendo et Sony : ils se battent entre eux, la gravité commence à sentir son effet; Sony dépense des milliards pour remonter un peu en altitude en mettant au point... un micro-processeur spécial pour la PS3, quand Bill, lui, parie sur une banalisation du matériel pour abaisser les coûts de développement et rester au raz du sol;
    - Firefox : la masse est faible actuellement, et donc la consommation faible, mais il faudra bien un jour qu'elle croisse pour que l'aventure profite à ses protagonistes. La création d'une entité commerciale n'est qu'un premier pas, significatif cependant.
    - Eclipse : tout à fait à la marge pour l'instant, mais cette plateforme de développement ressemble de plus en plus à un OS au sens que Bill donne à ce terme. De plus, comme elle ne vise que les techies, tout se passe dans l'ombre, mais les techies sont justement ceux qui produisent de la valeur. Il est stupéfiant de voir le nombre et la qualité de se qui s'écrit aujourd'hui pour Eclipse. Sur Eclipse, l'open source devient sexy... On peut avancer que Eclipse à plus de capacité à être un challenger de Bill que FireFox. Ce que les gens trouvent chouette dans FireFox est décuplé dans Eclipse. Bref, excellent rapport masse/énergie, pour l'instant...

Posted by Philippe Silberzahn on octobre 12, 2005 at 07:00 AM dans Théorie | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834559fb269e200e550726bef8833

Listed below are links to weblogs that reference La gravité selon Microsoft :

Commentaires

C'est une autre facon de dire, ce que beaucoup de gens ont dit :
Microsoft est rarement pionner sur les marchés, il copie ou ramasse grace aux milliards en banque.

Ca ne veux pas dire non plus qu'apres que Microsoft se soit attaqué a un marché, il ne va plus rien en rester.

Une petite remarque :
Le SGBD Oracle n'est pas un logiciel grand public qui a pour vocation a etre installé sur tous les PC mais une application professionelle, il suffit de voir le prix de leur licence.
Microsoft a depuis 10 ans un SGBD qui n'a tjs pas detrone Oracle sur son marché.

Rédigé par : Adel | 12 oct 2005 14:06:42

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.