« Quand la presse se trompe d'innovation | Accueil | Fête des entreprises: j'aime ma boîte! »

Nespresso, histoire d'une innovation stratégique

A voir absolument pour ceux qui l'auraient raté dimanche soir, un reportage sur Nespresso dans Capital, qui est rediffusé sur M6 dans la nuit de mardi à mercredi, à 0h50. Vous y découvrirez l'histoire de ces étonnantes petites capsules, qui ont transformé le marché du café ces dernières années. Aujourd'hui un ménage sur cinq en France serait équipé d'une cafetière de type expresso ; une révolution sur un marché dont la dernière innovation, le café soluble, remontait aux années 50 !

Vous y découvrirez l'homme qui, dès le milieu des années 70, a imaginé cette révolution, Eric Favre, ancien salarié de Nestlé. L'histoire passionnante d'une innovation stratégique (pour reprendre la typologie Markides-Geroski des innovations) : peu d'impact sur les habitudes des consommateurs (ça ne change pas fondamentalement le nombre de cafés que vous prenez dans la journée), mais un impact destructeur sur les compétences et les actifs des acteurs établis (d'où les difficultés des outsiders à remonter la pente aujourd'hui).

Posted by Bernard Buisson on octobre 18, 2005 at 07:00 AM dans Cas d'école | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834559fb269e200e55086ae188834

Listed below are links to weblogs that reference Nespresso, histoire d'une innovation stratégique:

Commentaires

au vu des échanges vifs mais intrigants je serais intéressée de lire le cas nespresso dispensé par l'ecole de lausanne IMD.
Comment me le procurer?
merci LAure

Rédigé par : BURTIN | 14 mai 2009 13:03:22

Monsieur Silberzahn, le cas Nespresso que vous évoquez, fait justement la lumière sur les vrais acteurs de la réussite.

Rédigé par : Marina Santorelli | 5 oct 2007 18:42:41

Hum c'est bien de voir un billet déclencher autant d'inspiration. Marina, on peut certainement critiquer sans insulter. Ca doit être possible; les auteurs de ce blog n'ont pas d'action chez Nestlé et ne connaissent pas M. Favre. En outre, il se trouve que j'enseigne personnellement le cas Nespresso de IMD depuis trois ans maintenant. Le cas donne une vision beaucoup plus collective de cette innovation et crédit doit lui être donné, mais pourquoi plus à lui qu'un autre? Quant à commenter les raisons pour lesquelles il aurait été "viré", c'est hors de question.

Rédigé par : Philippe | 13 sep 2007 22:16:06

Je me suis retenue de répondre au journaliste de M6 de façon à pouvoir adresser ma réponse aussi vite que ce personnage le fit (plusieurs mois se sont écoulés)!!!Bel exemple de réactivité. Cela m'a laissé le temps de voir que si génial et éclairé que votre protégé soit, ses succès commerciaux en Europe font partie du bruit de fond et encore. Pour plagier Madame Royal, je dirai: "mais qui connait Monodor ?" Alors de grâce, essayez de faire votre métier correctement et intéressez vous aux vrais innovateurs, comme par exemple Paul Rivier, qui lui n'a pas d'égo surdimensionné et même depuis 10 ans à la retraite, se donne corps et âme à l'innovation. Il faut pendant 20 ans directeur général de TEFAL et a été le géniteur des plus grandes innovations de cette fabuleuse entreprise.
Eric Favre se gausse d'être le géniteur de Nespresso. Il ne détient en fait que d'un des ingrédients du succès. Comme nous disons chez nous en Italie: la défaite est orpheline, mais la victoire a tellement de parents ! Le succès de Nespresso c'est aussi un directeur général entrepreneur et visionnaire, et un génie de la technique et de l'informatique, qui est lui le vrai innovateur. Relisez cher Monsieur, le cas dispensé par l'école de Lausanne IMD sur Nespresso et cela vous remettra dans le droit chemin d'une information objective (si tant est qu'à M6 au mieux ce mot avec celui de déontologie soit grossier au pire inconnu à votre dictionnaire interne). Alors de grâce, éparngez nous votre "favrolâtrie" !!!
Vous vous doutez bien que je ne vous salue pas.

Rédigé par : Marina Santorelli | 12 sep 2007 06:40:32

Chère Madame Santorelli,
J'ai été surpris par vos propos plus que blasphématoires, car ils montrent à quel point vous méconnaissez ce dossier. Sans vouloir rentrer dans le détail technique et historique, je vous laisse donc le soin de lire tous les articles qui sont parus dernièrement dans la presse.
Vous pourrez, entre autre, constater que malgré ses faibles moyens et sa démence, Eric Favre a réussi là où Nespresso a butté : Le café long en capsule, 95% du marché mondial contre 5% pour l’espresso.
C’est parce que Nespresso n’a pas réussi à développer un tel système que M. Brabeck a dû se résigner à le lancer sous la marque bien moins qualitative Nescafé!
Vous pourrez aussi y découvrir la dernière génération de machine Monodor au concept révolutionnaire.
www.monodor.ch

Depuis qu’Eric Favre est parti de chez Nespresso, force est de constater que rien ou presque n’a évolué d’un point de vue technologique. Toujours des capsules en aluminium, toujours que du café, toujours que des petites tasses. Pire le dernier système Nespresso II était partiellement dérivé du système Monodor.
Par contre d’un point de vue marketing, Nespresso a vraiment innové et a été des plus performants.

De manière générale, c’est très souvent les PME qui sont à la base des innovations et qui sont le vrai moteur de nos économies.
Mais comme vous l’avez très bien dit, c’est souvent très dur de s’imposer face aux multinationales telles que Nestlé, qui ne reculent devant rien pour combattre toutes concurrences.

En ce qui concerne M. Favre et Monodor, il est indéniable qu’ils ont apporté des innovations significatives dans leur domaine et qu’ils continuent à le faire.
Le parcours a été long et très difficile, mais c’est maintenant une réussite. C’est donc le désir d’entreprendre et l’esprit d’innovation qu’il fallait mettre en avant et c’est ce qu’a fait M6.

Rédigé par : d'Amman | 21 nov 2006 14:44:17

Le problème du reportage de Capital est d'avoir donné la parole à un fou. Eric Favre est un ancien de Nespresso, viré pour des agissements limites. En l'interrogeant, Capital plongeait dans la subjectivité totale car le personnage est un frustré, un revanchard patent. Il a réussi à s'aliener une partie de la la presse économique suisse pour cracher son fiel tous les 10 mois.
Comme on dit en italien, la défaite est orpheline et le succès a beaucoup de parents. Favre n'était pas seul. Il était en charge que d'une toute petite partie.

Si Favre était aussi génial, pourquoi est-il à la ramasse avec son entreprise Monodor qu'il a créé en spoliant les moyens de recherche de Nestlé ? Pourquoi est-il connu dans le canton de Vaud pour piller des bureaux d'études et ne pas les payer. En 15 ans il n'a pas été fichu de sortir une nouvelle machine digne de ce nom.

Rédigé par : Santorelli | 7 juin 2006 10:47:26

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.