« L'innovation, ça sert aussi - d'abord? - à réduire les prix | Accueil | Frais d'inscription des universités: Devons-nous payer les études des futurs traders ? »

Android, le MS-DOS de la téléphonie mobile?

Il y a un an, j'avais indiqué dans une note ici même que selon moi la plate forme Android de Google allait devenir pour la téléphonie mobile ce que MS-DOS avait été pour le PC. A l'époque le pari était un peu hardi. Au Mobile World Congress qui venait de se terminer, on pouvait voir tout au plus deux à trois terminaux équipés de cette plate forme, et le scepticisme était de mise chez les analystes. Mon raisonnement était le suivant: Android joue sur sa performance technique (c'est une bonne plate forme, bien conçue et robuste qui complémente un noyau de base Linux) et sur son modèle économique: il est gratuit. Il est lancé dans un contexte dans lequel les grandes plates formes concurrentes sont en difficulté: Microsoft Windows Mobile, malgré la qualité de certains de ses composants, est très inférieur en termes d'expérience utilisateur et est cher, il est qui plus est vieillissant. Symbian est très complexe à programmer et bien que mis progressivement en open source, il reste sous le contrôle complet de Nokia. Le monde Linux (Limo) peine à imposer une distribution qui aille au-delà d'un simple noyau et à offrir des composants, notamment d'interface utilisateur, bien adaptés au mobile. Les systèmes d'exploitation classiques dits "temps réel" comme Nucleus sont eux aussi trop limités pour "suivre" l'évolution rapide imposée par l'iPhone d'Apple en termes d'interface utilisateur. Il y a toutefois quelques différences avec MS-DOS, la principale étant que MS-DOS n'était pas gratuit, et qu'il n'était pas modifiable à volonté par les fabricants de PC. Du point de vue du fabricant de téléphone mobile qui cherche une plate forme, tous les arguments semblent être en faveur d'Android. Et de fait, depuis l'année dernière, à peu près tous les fabricants ont annoncé, et certains déjà introduit, des téléphones équipés d'Android. Il n'y a désormais plus aucun doute sur la viabilité industrielle de cette plate forme. La question qui subsiste est celle de savoir si, comme MS-DOS, elle deviendra dominante. Face aux arguments en faveur du oui, on peut avancer quelques raisons de douter. D'une part, l'expérience MS-DOS a servi de leçon et aucun acteur de l'industrie ne souhaite voir émerger un acteur aussi dominant que Microsoft. Tout le monde se plaint de la fragmentation de l'univers mobile en de multiples plates formes concurrentes et incompatibles, mais la vérité est que au moins, comme ça, personne ne domine autant que Microsoft dans le domaine des PC. La fragmentation est donc là pour durer. C'est d'autant plus vrai que les ambitions de Google dans le domaine mobile sont claires. Les opérateurs, par exemple, sont tentés de jouer la carte Google mais savent également que ce dernier souhaite les reléguer au range de fournisseur de tuyaux, comme ce qui se fait dans le monde PC avec les fournisseurs d'accès Internet. Les fabricants de téléphones eux aussi sont tentés par les avantages évidents d'Android, qui leur offre une possibilité de contrôle, mais la décision récente de ce dernier d'introduire son propre téléphone refroidit notablement leurs ardeurs... Android se retrouve un peu dans la situation de Symbian, trop dépendant de Nokia pour être vraiment neutre. La stratégie de Google consistant à concurrencer ses propres "clients" se révélera sans doute à courte vue dans une optique de pénétration rapide de marché.

Au final que reste-t-il? Malgré les réticences de certains acteurs, on peut envisager une domination rapide d'Android dans le domaine "ouvert" avec lequel coexisterait quelques plates formes plus ou moins fermées, et notamment Apple et RIM. Google et Apple sont donc les grands opposants des batailles mobiles à venir, et comme l'annonçait récemment BusinessWeek, ils ne peuvent désormais plus être amis. L'incertitude dans ce domaine sur de tels enjeux fait que cette industrie continue à être fascinante. Quant on songe que l'un des modèles classiques de l'innovation estime qu'une industrie, après une période de ferment créatif, se stabilise autour d'un design dominant, on voit ici un contre exemple presque parfait: la téléphonie mobile est née dans les années 70 et elle reste caractérisée par des incertitudes et des bouleversements continus.

Posted by Philippe Silberzahn on février 1, 2010 at 07:00 AM dans Actualité, Théorie | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834559fb269e20128770f34d6970c

Listed below are links to weblogs that reference Android, le MS-DOS de la téléphonie mobile?:

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.